Chandeleur froide, hiver joyeux : sortez la crêpière et la farine !

Ça pour être froid, il l’est cet hiver ! Oui j’entend (m)es vieux qui diront

« Froid? Nous un hiver on a eu -37°C! Et on allait à l’école à pied!! »

Et d’autres vieux qui diront que la terre se réchauffe, aspergeant encore leurs arbres de Roundup (va savoir comment ils l’ont trouvé) et s’étonnant que des associations de protection des abeilles existent : « tu ne donnes quand même pas ton argent pour des … ABEILLES ???… en plus j’aime pas le miel ».

Trève de rêverie ! (whou!)

C’est la Chandeleur le 2 février. La Chandeleur j’en entend parler depuis que je suis petite, mais au final :

1- Je ne savais pas quand c’était puisqu’on mangeait des crêpes toute l’année

2- Je ne savais pas ce qu’on est censé fêter (comme les 3/4 des fêtes)

Je me suis penché sur cette question existentielle.

La Chandeleur était à l’époque des Romains la fête du dieu Pan (dieu de la nature). J’aime bien cette idée ! Les croyants dansaient toute la nuit avec des chandelles. Ça n’explique cependant pas les crêpes.

C’est en effet arrivé plus tard, quand les Romains se sont fait christianisés (je ne vous le conseille pas, ça fait mal). Garder ses chandelles allumées et les porter à l’Eglise en cette sainte journée assurait de bonnes récoltes aux paysans l’année à venir.

Comme de nombreuses traditions, la fête de la Chandeleur est accompagnée de ses superstitions: si les paysans ne faisaient pas de crêpes à la Chandeleur, le blé serait mauvais l’année suivante (« Si point ne veut de blé charbonneux, Mange des crêpes à la Chandeleur »).

Faire des crêpes oui, mais pas n’importe comment! Pour être assuré que la récolte sera bonne et la famille prospère, il convenait de faire sauter la première crêpe de la main droite en tenant un Louis d’or dans la main gauche. La crêpe était ensuite déposée sur l’armoire de la chambre (Hygiène, rhabille-toi stp et prend la porte), la pièce d’or placée à l’intérieur, jusqu’à l’année suivante. A la Chandeleur suivante, on récupérait le tout et l’on donnait la pièce au premier pauvre que l’on rencontrait (ouf, pas la crêpe d’un an!).

Tout ça pour vous donner la recette des crêpes :

Ingrédients pour 10-12 crêpes :

  • 250 g de farine
  • 50 cl de lait demi-écrémé ou écrémé (plus légères)
  • 3 œufs
  • 60 g de sucre
  • 1 cuillère à soupe d’huile

Préparation :

On dit qu’il faut laisser reposer la pâte une demi-heure. Personnellement je l’ai fait une fois, et je n’ai pas vu la différence. Du coup à bas la patience, j’enchaîne la cuisson !

1- Mélangez la farine et le sucre. Ajoutez progressivement le lait (en 2 ou 3 fois) et mélangez. Ajoutez les œufs un à un en mélangeant entre chaque (mettre les œufs en dernier est garant d’une pâte sans grumeaux). Ajoutez l’huile et mélangez.

2- Fini la première crêpe « pour le chien » (il a ses croquettes, ho!) : assurez-vous d’avoir une poêle spéciale pour les crêpes ou une crêpière. Mettez-y une cuillère à soupe d’huile, essuyez et graissez au papier absorbant (et gardez-le).

3- Faites bien chauffer la poêle, jusqu’à ce qu’elle fume. Versez la pâte et tournez la poêle ou alors étalez-la avec un râteau à crêpes. Retournez la dès que le dessus de la pâte n’est plus liquide. Attention au plafond.

4 – Graissez la poêle entre chaque crêpe à l’aide de votre bout d’essuie-tout et imbibez-le si nécessaire de nouveau d’huile. Si une crêpe aura tendance à être trop dorée, n’hésitez pas à baisser le feu, ne restez pas « plein gaz » tout au long de la cuisson, adaptez !

5- Dégustez avec du caramel beurre salé, de la pâte à tartiner ou du sucre, de la vergeoise blonde ou de la confiture ! Ou toute autre substance qui vous fait du bien au palais (je ne veux rien savoir).