Rénover une maison : les 16 questions à se poser avant de se lancer

Voilà maintenant quatre ans et demi que nous a pris l’envie d’acheter une maison et de tenter l’aventure de la rénovation ! Et presque autant de temps que j’ai envie de raconter cette aventure, attendant que la maison soit parfaite et complètement terminée. Hum.

Mon mec savait (plus que moi en tout cas) dans quoi on s’embarquait. Heureusement ! Car si, seule, il m’était pris l’envie de rénover une baraque (à tout casser), j’aurais vite déchanté…

D’ailleurs, au fur et à mesure des jours, des semaines et des mois, on a tout entendu :

  • « Oh c’est chouette, c’est bien que vous achetiez avant 30 ans »
  • « Ah mais vous arrivez à vous projeter ici? C’est pas un peu petit? J’ai du mal à m’imaginer ce que ça va donner »
  • « Oh la vache… Il est trop tard pour faire machine arrière là… (horrifiés devant les murs nus, cassés, les fenêtres remplacées par des panneaux de bois provisoires) »
  • « C’est impressionnant de voir la charpente de tout en bas »
  • « Comment tu fais pour monter à l’échelle, moi je pourrais pas!!! »
  • « Ah dis donc vous avez bien avancé! Z’avez pas une bière qui traîne? (le genre de personne qui squatte les chantiers pensant que c’est open bar) »
  • « Ah mais vous voyez le bout! »
  • « Le blanc c’est beau, c’est lumineux »
  • « Putain on est chez nous. Chez nous. C’est super grand, on se croirait dans une maison de vacances » (me to my Love)

Autant vous dire que si vous ne vous êtes pas mariés ni pacsés et que vous n’avez pas d’enfants, la rénovation est une bonne façon de savoir si votre couple est solide.

Voici une liste, qui selon moi, est importante. Même que j’aurais aimé qu’on me la donne avant . Chaque point fera l’objet d’un chapitre.

1- Êtes-vous bricoleurs?

Bons bricoleurs j’entend, professionnels – même – du bâtiment (en gros oeuvre ou second oeuvre) ou alors très volontaires et ayant quelqu’un « de la partie » (expression que j’ai découverte pendant la réno) près de vous tout au long de cette aventure. C’est la première question à se poser.

Anciennement chambre, cette pièce sera devenue notre salon quelques mois plus tard. Ici on avait démonté (et numéroté) l’escalier pour pouvoir abattre notre mur porteur et y introduire des IPN pour soutenir tout ça !

Car en effet il va vous falloir porter plusieurs casquettes durant le chantier (et même avant) si vous voulez TOUT faire (ou presque) vous-même :

  • Visitez plusieurs maisons si possible et prenez des notes de ce que vous voyez ou des photos si c’est autorisé
  • Une fois le bien choisi, il va falloir y retourner plusieurs fois avant de signer quoique ce soit (on s’en fiche, on va embêter l’agent immo, il peut bien faire ça c’est son job!) : on prend toutes les notes, photos, mesures imaginables. Il va falloir lister tout ce qu’il y a à faire et si possible commencer à demander des devis pour avoir le montant de l’enveloppe à demander à la banque
  • D’ailleurs, pour les devis, un conseil : « tapez haut » : allez dans les magasins dits « chers » et faites des devis. Comme ça si après vous décidez de revoir à la baisse certaines choses, vous aurez l’agréable surprise de gagner de l’argent et PAS L’INVERSE !!!
  • Faites 3 ou 4 banques, car de l’une à l’autre les conditions peuvent changer du tout au tout : on était tous les deux intérimaires quand on est allé voir les banques et l’une exigeait un CDI CHACUN, l’autre acceptait les intérimaires en contrat(s) non stop depuis 1 an (c’était le cas de ma moitié mais pas le mien), une autre encore acceptait les intérimaires avec 6 mois d’ancienneté mais un apport ou une bonne gestion de son argent. Et les taux variaient d’une banque à l’autre. N’hésitez pas à aller voir d’autres banques même si vous avez fait toute votre vie dans la même car ce ne sera pas forcément la plus avantageuse pour vous !!
  • Vous allez – à moins d’en embaucher un de confiance – être votre maître d’oeuvre (= personne qui gère tous les aspects du chantier). C’est-à-dire que c’est vous qui allez être le chef d’orchestre. Faire des devis, prendre en compte les délais de fabrication/livraison, gérer des imprévus, faire les travaux… Je précise « de confiance » car il n’est pas rare que les maîtres d’oeuvre (qui sont chers en plus) soient débordés de boulot et fassent mal leur job. Et là c’est la grosse galère. On n’est jamais mieux servis que par soi-même.

Cependant, un point important au fait de faire vos travaux vous-même : en cas de revente de votre habitation moins de dix ans après la date d’achat, vous êtes soumis à la garantie décennale : c’est à dire que si vous revendez votre maison à des gens et qu’ils ont un problème quelconque (fuite d’eau provenant du toit, électricité défectueuse, plomberie, etc…) en rapport avec les travaux que vous avez effectués, c’est vous qui êtes responsables !

Le mur avec la petite fenêtre est abattu aujourd’hui et laisse place à la cuisine. L’emplacement avec une drôle de forme c’est celui de l’escalier démonté.

C’est à vous d’aller réparer (ou de faire réparer) à vos frais, et ce pendant 10 ans après la date d’achat (pour vous). Si vous revendez votre maison après 8 ans, vous n’aurez cette charge que pendant 2 ans sur le dos. Car les acheteurs n’ont que vous vers qui se tourner, pas les artisans vu que vous aurez tout fait vous-même.

2- Êtes-vous un couple solide et complémentaire?

Perso, je faisais ce que je pouvais pendant la rénovation : ramasser les détritus et aller à la déchetterie, balayer régulièrement le chantier, filer un coup de main à poser des trucs difficilement portables seul (type plaque de plâtre), le ponçage et la peinture. Puis je gérais la paperasse (prévoyez d’ores et déjà un gros classeur et rangez au fur et à mesure tous les papiers!!).

Le jour où on a reçu la livraison de béton pour couler la dalle de l’extension , on était 5 : ma moitié, ses parents, son grand-père et moi ! En deux heures c’était bouclé 🙂

Mon mec est menuisier et s’intéresse à beaucoup de choses et a un esprit très LOGIQUE et très carré. C’est super important de savoir où on met les pieds. Il avait déjà eu des expériences de construction ou de rénovation en filant des coups de main à sa famille. Et oui, ça compte! Mais si vous avez le moindre doute sur une compétence que ni vous ni un membre de votre famille ou ami n’avez, faites appel à un pro.

La rénovation est une aventure éprouvante : fixez-vous des limites. Au début, par exemple, mon mec et moi étions des intérimaires en 2×8. On bossait en horaires décalés donc, 5h-13h. On rentrait manger puis on allait direct sur le chantier (d’ailleurs point important : soyez près de votre chantier ! Nous on habitait la même commune) enchaîner de 14h à 19-20h minimum. Moi je rentrais un peu avant généralement pour préparer la bouffe. Et au début on s’était dit qu’on ne bosserait pas le dimanche. REPOS.

Puis vers la fin du chantier on voulait donner un coup de boost un bon coup. Sur les 4 derniers mois, aucun repos. Ça nous a permis de rester moins longtemps dans l’appart et d’arriver plus vite dans la maison. Et on était en chantier pendant 1 an au fait.

Ne soyez pas intransigeant(e) sur la répartition des tâches homme-femme : tout sera chamboulé pendant cette période. Vous n’êtes en ce moment d’aucune utilité sur le chantier? Pas grave, occupez-vous de votre lieu actuel d’habitation et des papiers, soyez à jour.

3-Êtes-vous organisés?

Faites des listes. Mentales ou écrites, mais organisez-vous. Faites la liste des « gros trucs » à voir, puis détaillez et essayez de définir un temps (je ne vous cache pas qu’on dépasse toujours ce temps!) : casser les murs, nettoyer, enlever les radiateurs, aller à la déchetterie, calculer les surfaces et matériaux, commander…

Puis répartissez-vous les tâches.

Système de poulie que monsieur a mis en place pour pouvoir positionner nos 3 IPN en acier (de 400 kg… chacun) et ainsi pouvoir soutenir notre mur porteur.

4-Avez-vous le budget pour louer un appart’ le temps de rénover?

La rénovation (ou la construction) d’une maison implique qu’on ne puisse pas habiter dedans tout de suite, vous l’aurez deviné. Plusieurs solutions s’offrent à vous :

  • Louez un appart le temps des travaux : c’est la solution la « plus chère », mais, selon moi, la plus sereine. Vous ne pouvez pas savoir à l’avance combien de temps vous allez rénover votre maison. Ca dépasse toujours ! Mais quand vous louez un appart, j’ai l’impression qu’on se met un petit coup de boost supplémentaire, histoire de ne pas payer trop de doubles-loyers trop longtemps.
  • Habitez chez vos proches – si l’espace le permet ! Car en plus de vous héberger vous, il faudra trouver de la place pour tous vos meubles et affaires personnelles. Cette solution est intéressante sur plan financier mais peut s’avérer compliquée et stressante si des règles de vie n’ont pas été définies à l’avance (temps resté chez les hôtes, partage des tâches ménagères, courses et contribution)
  • Habitez une caravane sur votre terrain. Personnellement je n’aurais pas pu : vivre en mode camping j’aime bien ça 3 semaines par an. Au-delà c’est compliqué. Surtout en hiver.
Fabrication de l’ossature bois pour l’extension

5- Êtes-vous mariés ou pacsés ? (point très important) Et achetez-vous ensemble ou seulement l’un d’entre vous ?

Voilà ce qui s’est passé pour nous : je ne pouvais pas emprunter. Je n’étais pas en contrat de travail depuis assez longtemps en intérim (4 mois). Pour le banquier, je n’allais pas apporter de valeur supplémentaire ni ne permettait d’emprunter une plus grosse somme. Donc mon conjoint a fait le prêt seul.

On s’était dit « pas grave, quand j’aurai un emploi stable on ira chez le notaire rectifier tout ça ». FAUX.

Et non. Sachez que l’Etat ne reconnaît que les couples mariés AVANT l’achat d’une maison ou PACSES sous contrat (avant achat aussi tiens) !

Concrètement, quand l’occasion s’est présentée, on s’est pacsé 4 mois après la signature de la maison, pensant se « protéger » l’un l’autre. Mais on s’est pacsé « gratos » au tribunal, sans contrat. Erreur n°1. Allez plutôt chez le notaire, et faites un contrat ! Et faites ça, si possible même avant l’achat de la maison.

Donc 3 ans plus tard, ma situation s’était améliorée et on a pris rendez-vous chez le notaire pour que la maison soit à nos deux noms . Voici ce qu’il nous a répondu :

  • Première solution : « Madame, il faut que l’on réévalue la valeur ACTUELLE de votre maison. Puisque vous souhaitez acheter la moitié (acheter??) de la maison (pour un 50-50) eh bien nous calculerons les frais de notaire sur la moitié de la valeur actuelle de la maison de Monsieur… (WHAAAAT???)… » Mais la valeur ne signifie pas ce que vous avez payé, mais ce qu’elle vaut sur le marché. Ou comment empocher deux fois des frais de notaire par un couple naïf.
  • Deuxième solution : on se marie, et les frais tombent, en faisant un contrat de mariage (Whou que c’est romantique!) mais il reste encore une belle somme à payer
  • Troisième solution : Monsieur revend la maison et vous rachetez à deux
  • Quatrième solution : Madame, vous achetez un appartement. Mais vu que vous êtes pacsé maintenant, le bien appartiendrait aussi à Monsieur…

Donc autant vous dire que, si on avait su, on aurait soit attendu un peu pour acheter (que je puisse mettre mon nom directement sur la maison), soit on se serait pacsé AVANT l’achat. Faut le savoir tout ça. Et c’est pas le notaire qui va vous « prévenir » alors qu’il peut se faire DEUX FOIS plus de blé sur votre achat. Normal quoi. #métierderequin

On nous a parlé aussi de faire un testament (pour Monsieur). Mais ça ne protège qu’en cas de décès et pas de séparation (je sais, c’est pas marrant d’envisager tout ça mais ça fait partie de la réalité).

L’espace étant assez restreint en haut, on a opté pour un angle cassé sur une des chambres (à droite) et deux portes à galandage (wc et salle d’eau (à gauche, il y en a une qu’on ne voit pas sur la photo)

6- Concrètement, ça coûte combien de rénover soi-même?

C’est sans doute la question que vous devez vous poser (parmi tant d’autres je pense).

C’est vrai que c’est compliqué à évaluer, surtout si on parle juste d’argent au sens propre ou aussi en terme de temps.

Comme mentionné précédemment, le prix de la maison s’est fait comme ça :

  • Prix « net vendeur » (ce que les anciens proprios ont réellement encaissé) : maison mitoyenne des deux côtés qui avait à ce moment 70 m² habitables , une cour de 25 m² (qui est devenue notre cuisine/salle à manger) et un jardin de 100 m². Accès sur la voie publique dès qu’on franchit la porte d’entrée, pas de garage mais une place de parking devant chez nous. On habite à 10 km de Rennes.
  • Frais d’agence
  • Frais de notaire
  • Travaux

Il faut savoir qu’en général, quand on fait les travaux soi-même, on divise par 3 le montant des travaux .

Vous pouvez toujours essayer de proposer un prix au vendeur (surtout si ça fait longtemps que la maison est à vendre). Bon c’est pas dit que ça fonctionne, mais ça vaut le coup d’essayer.

Vous pouvez esquiver les frais d’agence si vous passez directement par un particulier qui aurait posté lui-même son annonce via un site dédié (PAP ou Le Bon Coin). En revanche il est indispensable de passer par un notaire , et les frais sont définis en fonction du montant de la vente du bien, par tranches.

7 – Avez-vous entendu parler des clauses suspensives?

Si l’agent immo est honnête il vous en parlera. Surtout pour une rénovation.

Il faut savoir que lorsque vous signez un « compromis » de vente, ce n’est pas la signature de la maison MAIS cela vous engage réellement (le compromis ne peut-être annulé que si aucune banque ne vous accorde de prêt immo) !!!

Le compromis de vente est valable 3 mois (avant signature définitive chez le notaire). Durant ce temps, vous avez la possibilité de terminer tous vos devis et aller faire la demande de prêt auprès des banques et de prendre toutes les mesures pour vos projets.

Durant cette période vous devez systématiquement passer par l’agence pour aller visiter la maison (avec des proches ou prendre des mesures) car elle ne vous appartient pas encore (c’est lors de la signature chez le notaire que vous aurez les clés).

Cependant il se peut que vous ayez une réticence ou des doutes sur certains aspects. Pour prendre notre cas, on avait deux conditions pour réellement signer chez le notaire.

La première c’était que notre tout à l’égout n’était accessible que dans le garage… du voisin !!! (qui était l’ancien proprio de notre maison)

Il n’était pas gêné par ça lui, mais le jour où sa maison à lui serait revendue et que quelqu’un d’autre voudrait faire des travaux, on ferait comment nous? Vous comprenez bien qu’on a dû faire appel au service des eaux pour savoir si l’assainissement était aux normes (cette visite a été payée par l’ancien proprio, forcément).

La deuxième c’est qu’on avait l’intention d’acheter cette maison, mais pas avec 70 m² habitables (aussi grand que notre appart en location, en somme).

On s’est tout de suite vu faire un agrandissement au niveau de la cour. Pour cela il ne nous fallait pas faire une demande de permis de construire (car nous agrandissions de 25 m²) mais de « demande préalable de travaux » qui devait passer, en plus par les bâtiments de France car on a un calvaire dans notre rue qui nous empêche de faire ce qu’on veut.

Avec ces deux réticences à acheter (car si on ne pouvait pas avoir accès à nos canalisations en cas de problème ou agrandir la maison) , on nous a parlé des « clauses suspensives ». Lors du compromis de vente et sa signature, il fallait donc spécifier que, si le tout-à-l’égout était à refaire (ça coûte quand même 15000€, pas négligeable) et si on ne pouvait pas agrandir la maison, eh bien le compromis serait annulé.

Sans ces clauses suspensives et si les conditions que nous avions n’avaient pas été acceptées, nous n’aurions pas pu nous retourner et aurions été obligés d’acheter la maison quand même …

Dans la salle de bain il faut penser à mettre du placo vert = hydrofuge !

8- Avez-vous des enfants?

C’est aussi un paramètre très important. L’un de vous deux devra s’occuper du ou des enfants pendant que l’autre sera sur le chantier, ce qui implique que le chantier est susceptible de durer plus longtemps et que vous devrez entamer beaucoup de finitions (que vous auriez pu faire en habitant dedans si vous n’étiez qu’en couple ou seul) avant d’arriver dans la maison (notamment les peintures) car ce sera non seulement plus pratique sans les enfants sur place mais aussi – et surtout – plus sain (exit les poussières de matériau, le bruit et les odeurs polluantes)

Quelle sensation géniale que d’avoir l’extension terminée ! A ce moment les gars créaient l’ouverture de la porte de service (et notre jardin n’était pas encore clôturé à gauche).

9 -Avez-vous un apport?

Avoir un apport (même si au final vous n’y touchez pas ou peu) vous donne plus de chances d’obtenir un prêt, surtout s’il est conséquent ou si vous n’êtes pas en CDI.

Je vous invite à consulter cet article qui vous expliquera le pourquoi du comment avoir un apport, très bien écrit.

En regardant cette photo me revient en mémoire l’odeur du placo (et la sensation que le chantier se termine), et les joyeuses heures où j’ai peint tous les plafonds et murs 🙂 !

10 – Combien de temps pouvez-vous vous dégager chaque jour ou chaque semaine pour la maison?

Soyez honnêtes envers vous-même. Le temps est précieux et il faut quand même dormir, manger et pouvoir souffler un peu. C’est super si vous arrivez à boucler une rénovation en un an mais si c’est pour tomber comme une mouche une fois la tempête terminée, aucun intérêt.

Listez vraiment TOUT (au maximum) ce qu’il y a à faire dans la maison. Organisez ces étapes par priorité et ordre logique (ne faites pas les peintures avant le carrelage ou avant de casser un mur).

A chaque point, demandez-vous si vous avez les compétences ET le temps de réaliser ça vous-même ou à l’aide de quelqu’un de confiance et compétent sur qui vous pourrez vraiment compter.

Pour les points où vous n’avez ni les compétences, ni le temps, vous ferez faire des devis par des pros (3 ou 4 devis différents car d’un artisan à l’autre les prix peuvent être très différents!).

Pour les autres étapes, essayez d’évaluer le temps que ça vous prendra (entre les mesures, les commandes (et les délais de fabrication/livraison), la réception d’une livraison de matériaux (demandez alors un coup de main à quelqu’un) et la démolition/le nettoyage (et aller-retours à la déchetterie) et la pose/les travaux.

Demandez-vous donc :

  • Mes horaires me permettent-ils de gérer un chantier (commandes, livraisons et travaux)?
  • Suis-je capable de tout faire seul? Car compter sur de la main d’oeuvre gratuite est aléatoire et risqué. Si le copain a fait la chouille la veille, son réveil aura beau sonner, vous serez seul ce jour là.
  • Puis personne n’est à l’abri de tomber malade. Imaginez vraiment que, dans le pire des cas, comment est-ce que ça va se dérouler et combien est-ce que vous aurez pour chaque étape?
  • A ce propos, si je tombe malade ou que j’ai un accident qui m’empêche de faire mes travaux, est-ce que j’aurai assez pour faire appel à quelqu’un ? Prévoyez une marge de manœuvre pour votre prêt (c’est aussi pour ça que je vous conseille de faire faire des devis « chers » chez vos fournisseurs)
Les murs en terre étaient toujours apparents dans l’escalier car il fallait qu’on remonte l’escalier avant. Et on attendait que le carrelage soit posé avant de remonter l’escalier.

11- Avez-vous fait contrôler quelques points essentiels avant de signer?

Je reviens sur le cas des clauses suspensives. Car on est passé par là pour l’assainissement et l’extension.

Concernant l’extension c’était chiant. Vous savez pourquoi? Quand on a décidé de tout faire soi-même et qu’on doit, à un moment ou un autre, dépendre de personnes externes qui ne sont pas réactives, c’est chiant.

Comme je vous l’ai expliqué, on a fait une demande préalable de travaux. Il faut savoir qu’on monte un dossier, lui aussi , chiant, composé de plans de maison sans et AVEC les modifications que vous souhaitez apporter, plein d’explications ultra explicites sur le plan et en annexes (vous ne serez jamais assez précis, même si ça vous semble évident…) et un questionnaire à remplir.

Assurez-vous (oui ça va être à vous de vérifier) que le questionnaire est à jour. On n’a pas eu de chance, la « gentille dame » de la mairie nous a refilé le mauvais questionnaire. Et ils ont pris un mois pour nous le dire. Parce qu’on a appelé.

Rebelote, changement de questionnaire. Re-dépôt de dossier. Et là ils ont bien pris deux mois (légaux) pour nous répondre : autant dire qu’on était ric-rac pour les délais du compromis de vente ! Donc réponse négative. Mais on ne savait même pas pourquoi (oui, c’est normal d’avoir envie de meurtre sur la gentille dame à ce moment-là).

On a pris rendez-vous avec le maire, car figurez-vous que tout ce bordel de dossier n’est envoyé aux Bâtiments de France qu’à titre CONSULTATIF : c’est le Maire qui a le dernier mot (@ù*35+### !!!!!). Ça commençait bien hein?

Ce qui « bloquait » c’était qu’on n’avait pas prévu de « décorer » la façade avec un linteau de bois pour un garage qu’on voulait créer. Car on avait fait la demande d’extension de la cuisine, mais aussi une demande d’ouverture pour un garage (qu’au final on n’a même pas fait). Mon conjoint a rectifié les plans et tout était ok sur ce point, on avait le feu vert de la mairie.

Pendant ce temps, au début du processus d’ailleurs, le voisin a donc fait venir la SAUR. Sur d’autres communes ça s’appelle Véolia, les services de l’eau en somme.

On n’était pas là. Et on aurait dû. On a eu un document officiel que tout était ok, qu’il n’y avait pas l’assainissement à refaire car nos évacuations étaient bien reliées au tout-à-l’égout.

Donc les 2 clauses suspensives étaient ok. La maison a été signée.

On a commencé les travaux. Et puis on a assez rapidement regardé comment ça allait se passer pour faire passer de nouvelles canalisations pour les WC qu’on changeait de place, et l’eau de l’évier, qui allait être dans la cuisine qui n’existait pas encore, à l’autre bout de la maison.

Et là « surprise » : les canalisations dites « aux normes » attérissaient bien…chez le voisin. On a appelé la SAUR et pour eux, le fait que l’accès se trouvait chez le voisin n’était pas un motif de « pas aux normes », mais ce n’était précisé nulle part (ahah).

Notre surprise du chantier !

Donc, à nos jolis frais, on a dû faire appel à la SAUR pour rectifier le tir. C’était pas prévu cette affaire. Car en plus ça nous bloquait car notre interlocuteur avait un mal fou à nous donner une date pour l’intervention (on a attendu deux mois pour un RDV une semaine après).

C’est pour ça, tout ce que vous ne faites pas vous-même, débarrassez-vous-en le plus rapidement possible. C’est horriblement stressant et chronophage (et ça peut en plus vous coûter cher).

12 – Avez-vous eu un coup de cœur pour la maison?

Le coup de foudre faut s’en méfier, comme dirait la vieille dame en bas de la rue qu’a fini seule.

Y’a un peu de vrai là-dedans. Vous allez trouver cette maison pleine de charme avec ces volets bleus que vous vouliez tant. Et le quartier, tellement calme !! (en ce samedi matin ensoleillé…)

Attention ! L’amour rend aveugle ! ^^

Vérifiez bien ces points :

  • Visiter la maison le samedi matin (souvent parce qu’on n’a pas le choix) c’est bien, mais visitez-la aussi en semaine, en heures de pointe (pour voir si c’est calme ou pas)
  • Etes-vous près d’une rocade ou voie rapide
  • Etes-vous sur un axe principal ou un lotissement reculé? En ville ou campagne?
  • Vous vouliez un grand jardin: préparez-vous à y passer du temps, ne serait-ce que pour tondre la pelouse
  • Y a-t-il des commerces et services à proximité ou faut-il systématiquement prendre la voiture?
  • Y a-t-il des transports en commun pour vous ou vos (futurs) enfants?
  • Les taxes d’habitation et foncière sont-elles élevées?
  • Les maisons se vendent-elles bien dans ce coin? (on ne sait jamais, il faudrait pouvoir la revendre facilement si vous décidez de partir un jour)
  • La maison est-elle justement à vendre depuis longtemps? Si oui, essayez de savoir pourquoi (généralement c’est parce qu’elle est trop chère par rapport au marché) et éventuellement appuyez sur ce point pour négocier le prix à la baisse
  • La maison est-elle mitoyenne?
  • Y a-t-il des places de parking attribuées? Une allée et/ou un garage?
  • Avez-vous une bonne visibilité en sortant de chez vous? (attention aux maisons situées sur des routes de campagne dans des virages, qui plus est!)
Etape du carrelage où mon père est entré en action ! Il s’est chargé du dégraissage à l’acide, du ragréage et de la pose du carrelage avec mon conjoint. Ma mère et moi avons réalisé les joints de carrelage.
  • Vérifiez l’extérieur : la toiture est-elle en bon état? Les ouvertures sont-elles en bon état? L’aménagement extérieur est-il à refaire? Le crépi/la façade sont-ils à refaire? Une clôture existe-t-elle déjà?
  • Vérifiez l’intérieur : y a-t-il des murs à casser, le carrelage à refaire, l’électricité, la plomberie (et le chauffage), l’escalier est-il en bon état? Les planchers des étages sont-ils assez solides, en bon état? La charpente est-elle bonne? L’isolation est-elle à refaire? Y a-t-il des traces noires de champignons dans les murs? Et les murs justement, ils sont en quoi? Parpaings, terre, pierre, brique creuse, brique rouge, ossature bois?
  • Avez-vous quelqu’un de « pro » dans votre entourage qui puisse vous donner son avis (c’est toujours bien d’avoir des avis extérieurs d’experts car il y a toujours des choses qu’on ne voit pas)

13 – Savez-vous faire des plans sur PC ? Ou avez-vous le budget pour un architecte?

Comme je vous en ai parlé précédemment, s’il y a démolition ou construction, il faut faire une demande à la mairie (permis de construire/démolition ou demande préalable de travaux). Dans ces dossiers, on vous demandera des plans précis (et pas des petits croquis au BIC). Savez-vous utiliser un logiciel de construction (type AutoCad ou SketchUp)? Ou quelqu’un de votre entourage sait-il?

Sinon il va vous falloir faire appel à un pro : l’architecte. Pensez à cette étape rapidement, surtout si vous en êtes au stade du compromis signé et que vous avez juste 3 mois devant vous (ça passe très vite!). Mais l’inconvénient est que vous allez devoir payer une prestation alors que vous n’êtes pas encore (officiellement) propriétaire de ce bien.

L’escalier posé il a fallu remettre du placo sur les murs en terre. Pas facile dans les angles et en hauteur !

14- On casse vraiment toutes les cloisons?

Il y a eu cette mode de cloisonner toutes les pièces et où je pense que l’industrie du bloc-porte a été très florissante.

Aujourd’hui on voit l’effet inverse : tout ouvrir ! Ça a ses avantages. Et ses inconvénients. Les avantages sont avant tout la luminosité, la sensation d’avoir une grande maison, et pour la cuisinière ou le cuisinier de la maison, la possibilité de participer au repas même en étant en cuisine.

Les inconvénients sont le chauffage des pièces qu’on utilise peu qui doit finalement être le même partout et surtout le bruit. Avant les maisons avaient un escalier cloisonné en bas avec une porte et des portes à chaque chambre. Le bruit avait peu de chance de monter (sauf grosse teuf).

Nous on a un escalier sans porte en bas ni cloisons. Au premier on a la salle d’eau, des WC, deux chambres avec portes. Même avec ces portes, on est facilement réveillé par le bruit, et encore plus avec le parquet (inconvénient du bois et plancher bois).

Au deuxième étage, ça se corse, c’était un grenier…Qu’on a transformé en chambre (la nôtre). Notre escalier est en colimaçon sur deux étages, ce qui implique que c’est compliqué d’installer des portes maintenant pour couper le bruit, car notre chambre n’a pas de porte. Et c’est toujours un peu compliqué de ne pas se réveiller quand on entend du bruit le matin.

Donc gardez quelques portes (quitte à faire des pièces vitrées façon atelier si vous voulez garder la lumière mais pas le bruit).

Voilà, un an après (à dix jours près), on emménageait dans notre maison. Notre table paraissait toute petite dans cette grande pièce ! La déco était encore à faire, mais après cette tempête traversée, c’était du gâteau (et même la cerise) que de penser (enfin) à la déco !

15 – Avez-vous renégocié vos prêts et revu votre assurance?

Quand on a acheté, les taux étaient bas. C’était le moment.

Puis le temps passait et les taux…continuaient de baisser. Des personnes de notre entourage avaient « renégocié leur prêt ». On a fait pareil. La démarche est payante mais la somme est dérisoire comparée au gain que l’on peut faire.

Les assurances aussi ça se change et ça se négocie ! Renseignez-vous un peu partout, faites des devis! Pas de pitié pour les banques !

16 -Avez-vous pris des photos au fur et à mesure du chantier?

C’est bête, on y pense pas forcément tout le temps. Mais c’est une étape tellement forte dans une vie , une rénovation, surtout quand on fait tout (ou presque) nous-même. Avant de signer chez le notaire pour se rappeler des espaces quand on n’y a pas accès quand on veut, au début.

Puis à chaque étape : avant/après la démolition (des murs par exemple), avant/après le carrelage, les nouvelles peintures, la nouvelle cuisine… Et faites-en un bouquin photo (faites-le au fur et à mesure de l’avancée des travaux ou alors tenez une sorte de journal en parallèle, pour bien vous rappeler des dates et des événements afin de pouvoir mettre des légendes sur les photos), c’est super, vous verrez !

N’attendez pas la perfection pour habiter dedans. Une maison n’est jamais terminée ! Elle change au gré des événements, les priorités vont changer et puis vous aurez des périodes « coup de mou » qui vont passer. Ecoutez-vous aussi un peu, quand vous êtes trop fatigué pour aller couler du béton, restez chez vous et reposez-vous. Il faut quand même que, dans le fond, vous y preniez du plaisir à tout faire vous-même.

La table a été remplacée, les chaises aussi. Le bananier est décédé des suites de caca de chat, le bar a été repeint et près de la fenêtre se trouve actuellement le parc de notre fille. Et je joue toujours du piano.

Voilà, je pense avoir fait le tour des choses essentielles à savoir avant de se lancer dans l’aventure ! Un achat est une étape importante dans la vie et il vaut mieux de pas (trop) se tromper ! Entourez-vous des bonnes personnes et faites faire si vous ne vous sentez pas capable de faire vous-même ! Car il s’agit de murs, de toiture, d’électricité et de plomberie. Si c’est mal fait, vos assurances ne fonctionneront pas (ou mal) en cas de problème. Et ce sera surtout pénible pour vous au quotidien.

Et vous, avez-vous des expériences à partager? Bonnes ou mauvaises!

Merci pour votre lecture, j’espère que cet article vous aura plu !